Article langues maternelles - blog Assimil
Le fait d’apprendre une langue étrangère demande à la fois du temps et de la motivation. Cependant, la progression du niveau en langue peut être accélérée en fonction de la détermination de la personne, bien entendu, mais aussi de sa langue maternelle.

La maîtrise de celle-ci et sa proximité avec la langue apprise pourrait en effet aider à apprendre une langue plus facilement et à mieux assimiler son vocabulaire et ses règles grammaticales.

Apprendre une langue étrangère de la même famille que sa langue maternelle

Il est fréquent qu’une langue comporte des similitudes avec un ou plusieurs autres langages, du point de vue de son lexique ou de sa construction notamment. Cette ressemblance s’explique par le fait que ces langues seraient issues de la même « langue-ancêtre », appelée protolangue. Le français, l’espagnol, l’italien, le portugais ou encore le roumain font par exemple partie de la même famille, celle des langues romanes issues du latin.

Le fait d’apprendre une langue étrangère peut donc être favorisé par le fait que la langue apprise soit de la même famille que sa langue maternelle. Les lexiques, les structures grammaticales, les systèmes de conjugaison des deux langues peuvent présenter des ressemblances. La personne qui apprend la langue peut alors s’appuyer sur les mots transparents (des mots  identiques ou similaires entre les deux langues) pour accélérer son assimilation.

En espagnol par exemple, « épouse » se dit « esposa », musique se dit « musica », lune se dit « luna », tandis qu’en italien, « piscine » se dit « piscina », « recette » se dit « ricetta » et banane se dit « banana ». Issue d’une même racine latine, la structure des mots change peu d’une langue à l’autre et permet donc d’apprendre plus facilement.

Cette ressemblance n’est pas seulement liée à des caractéristiques culturelles ou géographiques. Elle peut aussi être due à des points de similitude morphologiques, au niveau de la mécanique de la langue et de la grammaire. L’endroit où se place l’information grammaticale dans la phrase, la manière de distinguer un objet et un sujet fait que l’anglais est, sur certains points, plus proche du chinois que du latin. Les personnes ayant le chinois comme langue maternelle verraient donc leur apprentissage simplifié par cette ressemblance.

Apprendre une langue étrangère proche de sa langue maternelle : un handicap ?

L’apprentissage d’une nouvelle langue proche de sa langue maternelle peut poser quelques problèmes de confusion, du fait justement de leurs similitudes. Ces problèmes se présentent en particulier chez les jeunes enfants qui font l’acquisition de leur langue maternelle et apprennent une deuxième langue en parallèle, et pour qui les modes de construction des deux langages interfèrent parfois. L’usage de la préposition « a » avec le complément direct des verbes transitifs en espagnol peut être transposé par erreur au français. La phrase « He visto a Miguel » devient alors « J’ai vu à Miguel » en français. L’erreur est due au fait que l’enfant réfléchit en se basant sur le fonctionnement de sa langue maternelle et l’adapte, par défaut, à la langue qu’il apprend.

Les confusions lexicales apparaissent chez les enfants comme chez les adultes au moment d’apprendre une langue étrangère proche de sa propre langue. En espagnol toujours, du fait de la proximité des sonorités et des mots, les apprenants sont parfois tentés d’adapter un mot pour le traduire, en ajoutant un « o » ou un « a » final par exemple. « Un gâteau » devient « un gato » et « la tête » devient ainsi « la teta ». Une initiative intéressante qui prouve que les mécanismes de la langue sont compris, mais qui peut donner lieu à de gros contresens. En effet, « un gato » signifie « un chat » et « la teta » désigne « le sein » en espagnol…

Se tromper, chercher son vocabulaire et apprendre à structurer une phrase font partie intégrante de l’apprentissage d’une nouvelle langue. Si la proximité avec sa langue maternelle peut être un atout pour progresser rapidement, l’apprentissage doit tout de même se faire par étape, pour maîtriser tous les aspects de l’idiome, aussi bien dans sa structure que dans son lexique.

L’essentiel dans l’apprentissage d’une langue est de ne pas se décourager face à la difficulté, surtout si c’est la première que vous apprenez. En effet, plus on apprend de langues, plus leur assimilation est aisée, qu’elles soient proches de notre langue maternelle ou non : c’est la propédeutique.