page de dictionnaire bilingue

Pour vous aider à apprendre une langue, le dictionnaire reste un allié précieux, voire incontournable. Mais vers quel type d’ouvrages se tourner ? Bilingue ou monolingue, chacun de ces recueils de vocabulaire présente ses avantages et ses particularités, selon votre niveau d’apprentissage. Le point sur les différents types de dictionnaires pour vous aider à apprendre une langue.

Le dictionnaire bilingue

Les dictionnaires bilingues se destinent davantage aux apprenants de niveau débutant. Leur fonctionnement est simple : il suffit de chercher un mot dans sa langue maternelle pour découvrir sa traduction dans la langue étrangère souhaitée. Les dictionnaires bilingues se déclinent habituellement sous deux formats : le « poche », que l’on peut notamment emporter en voyage avec soi, et qui permet d’avoir très simplement accès à la traduction. Toutefois, par économie de place, ce format se limite à une simple correspondance « mot-pour-mot » et n’illustre pas les termes. Et le format « classique », plus volumineux mais, évidemment, beaucoup plus complet.

Les avantages

Principal avantage de ce type de dictionnaire : il permet d’avoir accès à la traduction très rapidement. La recherche est grandement simplifiée puisque la consultation s’effectue comme dans un dictionnaire monolingue (voir ci-dessous) de sa langue maternelle. En quelques secondes, vous pouvez connaître la traduction du mot ou d’une expression que vous souhaitez employer, avec un accès direct.

Autre avantage du dictionnaire bilingue, principalement lorsque vous débutez l’apprentissage d’une langue : le sentiment de sécurité. L’accès à du vocabulaire étranger par le biais de sa langue maternelle est plus rassurant lorsque l’on fait face à tant de nouveautés linguistiques. Il n’est d’ailleurs pas rare de voir certains dictionnaires monolingues intégrer des index bilingues afin de conserver ce précieux accès à la langue maternelle.

Les difficultés

S’il est très apprécié par les apprenants – et notamment les débutants – le dictionnaire bilingue affiche également certaines limites. La principale : cet ouvrage se concentre sur une traduction purement sémantique. Or, dans toutes les langues du monde, les mots peuvent être porteurs de différentes dimensions aussi bien orthographiques, que phonologiques, voire culturelles. En effet, si le dictionnaire propose une traduction, il n’existe pas nécessairement d’équivalence entre les termes. C’est, par exemple, le cas de « dépaysement ». Si les Français ont réussi à mettre un mot sur ce sentiment particulier mêlant désarroi, trouble, voire tristesse, ce n’est pas le cas des autres pays. Une traduction littérale proposerait un mot dont la signification se rapprocherait simplement de « quitter son pays ».

Autre limite du dictionnaire bilingue : les collocations. Plus clairement, le format en deux langues ne précise pas nécessairement comment l’apprenant peut combiner le mot recherché. Et pourtant, selon le contexte ou les termes juxtaposés, un mot peut prendre un tout autre sens.

Enfin, le dictionnaire bilingue a le défaut de sa qualité. À savoir, la traduction dans la langue maternelle. Il est forcément tentant de s’y accrocher par facilité ou par sécurité. Mais passé un certain niveau d’apprentissage, le dictionnaire bilingue limite le développement du vocabulaire et principalement de l’autonomie. Après un certain cap, il est peut-être plus intéressant de se tourner vers des explications uniquement dans la langue apprise.

> À lire aussi : Langue et grammaire : quand les règles changent

Le dictionnaire monolingue

Pour vous aider à apprendre une langue, le dictionnaire monolingue peut être vu comme une étape naturelle de votre progression. Lorsque vous vous sentez suffisamment à l’aise, vous pouvez vous détacher des traductions dans votre langue maternelle pour vous tourner vers un dictionnaire destiné aux natifs de la langue. C’est-à-dire l’équivalent étranger du Petit Larousse ou du Petit Robert pour la langue française : des mots et des définitions uniquement dans la langue concernée.

Les avantages

Le dictionnaire monolingue permet à l’apprenant de se plonger, de s’immerger directement dans la langue choisie. En ne passant plus par la case « langue maternelle », vous pouvez ainsi développer une réflexion dans la langue apprise. Soyez rassurés, si cela peut effrayer au départ, c’est un excellent moyen d’apprentissage.

De plus, les éditeurs de dictionnaires prévoient souvent des illustrations et autres graphiques pour simplifier la compréhension de certains mots. Il est à noter que les dictionnaires monolingues possèdent parfois des versions spécialement conçues pour les apprenants de la langue. Les définitions et les exemples sont alors rédigés de façon « simplifiée », en fonction de votre niveau.

Des définitions, justement, qui sont plus riches, plus précises, plus détaillées que dans un dictionnaire bilingue. Les problèmes d’équivalence abordés précédemment ne sont pas d’actualité. Contexte, collocations, combinaisons sont clairement explicités et vous aident à cerner et comprendre toutes les subtilités de la langue apprise.

Les difficultés

Les dictionnaires monolingues peuvent présenter des difficultés, principalement pour les apprenants débutants. Toutes les définitions et exemples étant rédigés dans la langue apprise, cela peut impliquer un manque de clarté et, par extension, une mauvaise interprétation du sens premier du mot. De plus, en cas de différence importante de contexte ou de référence entre la langue maternelle et la langue apprise, les exemples donnés par le dictionnaire monolingue peuvent paraître difficiles à comprendre.

Autre potentielle difficulté : toutes les entrées du dictionnaire monolingue sont – logiquement – rédigées dans la langue en question. Cela signifie que pour avoir accès à la définition précise du mot… il faut déjà le connaître ! Si vous n’êtes pas certain de l’orthographe, prenez le temps d’éplucher toutes les éventualités, notamment les possibles premières lettres du mot. Pour vous aider, sachez que s’il s’agit d’un verbe, il ne sera présent que dans sa forme à l’infinitif.

Bien évidemment, les dictionnaires bilingues et monolingues sont parfaitement complémentaires, quel que soit votre niveau d’apprentissage de la langue. Ainsi, même si vous misez sur le monolingue pour progresser et enrichir votre vocabulaire, un bilingue peut toujours vous être utile en cas de doute, grâce à la traduction dans votre langue maternelle comme appui.

> À lire aussi : La langue : un système logique ?

Assimil vous accompagne dans l’apprentissage d’une langue et son perfectionnement grâce aux dictionnaires de la collection « Les Dicos d’Assimil ». Des ouvrages novateurs avec une signalétique et des onglets conçus pour vous offrir un grand confort de recherche.